CHERCHER ET ÉLIMINER!

La recherche scientifique du potenciel des thérapies sénolytiques sur l’amélioration de la santé ainsi que de la durée de vie.

Selon la science moderne, le vieillissement est causé par une accumulation de lésions que le corps ne peut pas complètement réparer du à une imperfection du système immunitaire et régénérateur. La bonne nouvelle est qu’il est possible d’intervenir médicalement sur les processus du vieillissement. Nous pouvons ralentir, voire inverser certains aspects du vieillissement par l’application de différentes thérapies, permettant de ralentir ou bloquer certains processus.

Une de ces processus est la sénescence cellulaire.

Les cellules sénéscentes sont supposées s’auto-détruire via un processus appelé l’apoptose, malheureusement, toutes ne le font pas. Ces cellules sénescentes “résistantes à la mort” s’accumulent dans le corps avec l’âge et sécrètent des signaux toxiques aux cellules environnantes, causant une inflammation et des lésions aux organes et tissus, cela augmente les risques de cancer ainsi que d’autres maladies liées à l’âge. C’est pourquoi ces cellules sont souvent appelées “bon citoyen mais mauvais voisin”. Elles sont partiellement fonctionnelles mais leur précence fait plus de mal que de bien.

Une nouvelle classe de médicaments connue sous le nom de “sénolytiques” a récemment démontré son habilité à faire disparaître les cellules sénéscentes et améliorer la santé générale. Cependant, le potentiel maximum des sénolytiques sur l’amélioration de la santé ainsi que de la durée de vie reste inconnu à ce jour. C’est ce sur quoi nous souhaitons travailler avec le Major Mouse Testing Program, et avec votre aide!

Pourquoi est-ce étudié avec autant d’intérêt? Il a été démontré que les cellules sénéscentes expriment un plus grand nombre de gènes “survie”, en concordance à leur résistance à la mot cellulaire naturelle, l’apoptose. Les sénolytiques ciblent ces éléments, permettant de détruire sélectivement les cellules sénéscentes résistantes et ainsi permettre une meilleure santé. Deux médicaments de cette classe, le Dasatinib et la Quercétine, ont été capable de retirer les cellules sénéscentes du corps mais leur effficacité n’était pas la même dans les différents tissus du corps. Cependant, il a été démontré que la combinaison de ces deux médicaments a formé une synérgie qui était significativement plus efficace sur la disparition des différentes cellules sénéscentes.

Le Venetoclax a été récemment découvert pour être senolytique par sa nature et c'est une thérapie que nous voulons explorer dans le cadre de nos tests de combinaison. Dans le traitement du cancer Venetoclax a montré de travailler bien avec dasatinib et nous sommes donc intéressés à voir si cela peut être appliqué pour la liquidation des cellules sénescentes aussi. De récentes études portant sur le retrait des cellules sénéscentes ont montré une amélioration du déclin de la santé lié à l’âge, mais aussi une durée de vie en meilleure santé. Il a également été confirmé que la disparition des cellules sénéscentes a un effet bénéfique sur le système cardiovasculaire et diminue les niveaux de cholesterol dans le sang, cela permet d’avancer que les sénolytiques peut être une approche thérapeutique viable.

Nous avons décidé de traiter des souris naturellement âgées lors de nos essais. Les souris auront entre 16 et 18 mois (cela correspond à un être humain d’environ 60 ans). Deux avantages à cela : nous accélereons la recherche, mais nous démontrons également qu’il est possible d’utiliser les sénolytiques sur une population humaine relativement âgée. Le Dasatinib, le Venetoclax et la Quercétine sont déjà autorisés pour être prescrits à l’homme (afin de traiter des maladies spécifiques, mais n’ayant pas de rapport avec le vieillissement), l’utilisation de ces médicaments ou une version améliorée basée sur la prévention ou le retard des dégâts du corps humain lié à l’âge peut donc être développée relativement rapidement. Pour le moment, les sénolytiques ont uniquement prouvé la réduction du nombre de cellules sénécentes, mais quel est leur effet sur les cellules souches? Cela n’a pas été étudié de près, et c’est une question à laquelle nous souhaitons répondre complètement, en complément avec les conséquences sur la durée de vie.

Il est tout à fait possible que les sénolytiques pris seuls n’améliorent pas la durée de vie, mais seulement la senté, nos données initiales peuvent confirmer cela. Si cela est confirmé, nous ne serons pas dégouragés pour autant. Ce que nous apprenons dans la première phase est le ciment de notre prochaine étape : la combinaison de sénolytiques avec une thérapie portée sur les cellules souches pour encourager la régénération des tissus.

À propos de notre chercheur en chef Le docteur Alexandra Stolzing est notre chercheur en chef. Experte mondiale dans son domaine, avec plus de quinze années dans le secteur de la recherche médicale ainsi qu’une décénie de travail sur la médecine régénératrice, Alexandra apporte une expérience considérable à notre projet. Elle a déjà travaillé sur des transplantations de cellules souches et est motivée pour explorer de nouvelles possibilités grâce aux avancées rapides de la médecine régénératrice.